un nouvel espoir pour les pme

La crise a tout changé. L’an dernier, les mesures de la loi Tepa ont apporté plus de 1 milliard d’euros aux PME. Aujourd'hui, les investissements ISF semblent en passe de devenir leur principale source de capital. Mais pour vous, le moment est-il bien choisi pour investir ? Comment se garder des excès et des risques, parfois très élevés ? Ce blog, seul journal Web indépendant sur le sujet, veut vous aider à y voir clair.

dimanche 24 mai 2009

Prylos : investir aux côtés de SFR


La première société sélectionnée le comité d’ISFNews: un éditeur de logiciels mobiles appuyés par des capital-risqueurs et par SFR qui ouvre son capital sans faire appel public à l'épargne.

Si vous avez, depuis votre téléphone, envoyé une vidéo sur Dailymotion ou utilisé, par exemple, l’application PagesJaunes Inside, alors vous avez déjà testé les logiciels de Prylos. Cette jeune PME parisienne – 17 salariés pour un chiffre d’affaires, l’an dernier, de 1,2 million d’euros – développe aussi des logiciels pour l’iPhone, comme la carte de fidélité des cosmétiques Polaar, et des applications mobiles pour des grands comptes comme la SNCF, la RATP, le Sernam, Orangina, Casino, TNS Sofres, Ipsos…
Depuis sa création en 2003, Prylos a bénéficié du soutien de trois capital-risqueurs : Acces2Net, A Plus Finance et SFR Développement, la société d’investissement dans les PME innovantes de l’opérateur téléphonique. Elle a reçu au total 1 million d’euros, dont 150 000 euros apportés par des business angels à la création de la société. SFR Développement a cependant atteint le seuil de 23 % du capital, proche du maximum : au-delà de 25 %, Prylos perdrait son statut de jeune entreprise innovante. Or, le succès de l’iPhone et de l’Internet mobile lui ouvrent d’excellentes perspectives de développement, ainsi que peut-être la perspective d’un rachat par une société plus importante.
La PME a donc décidé de s’ouvrir directement à des redevables ISF, dans une augmentation de capital de 700 000 euros qui sera également souscrite par les actionnaires historiques.

Pour en savoir plus : jean@rognetta.net.

Aucun commentaire: